Hotel_Ledger_Bangui–RCA

FORUM ECONOMIQUE INTERNATIONAL

SUR L’AFRIQUE [FOREA]

les 11 et 12 Avril 2018

Thème : Les Opportunités d’Investissement et d’Affaires en Centrafrique

Lieu : Hôtel Ledger Plaza * * * * *  RESERVEZ 

Bangui – REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Adresse : Avenue de l’indépendance,

Téléphone : +33 6 66 20 94 63

Les armes de la République Centrafricaine

FOREA 2018 sera patronné
par Son Excellence Monsieur Faustin-Archange TOUADERA,
Président de la République de Centrafrique.

Faustin-Archange TOUADERA Président de la République Centrafricaine

FOREA 2018 Bangui est à l’initiative de la CICP

La CICP

La Chambre Internationale pour le Conseil et la Promotion des Entreprises [CICP] est une plate-forme internationale de consultants, d’experts, de responsables d’entreprises de différents secteurs et de différents pays du monde entier.

Elle apporte son accompagnement aux entreprises voulant :

  • se développer à  l’international,
  • nouer des contacts d’affaires,
  • créer des partenariats entre responsables d’entreprises,
  • représenter des entreprises étrangères (Succursales, Représentations, Import-Export)
  • participer à des forums, des conférences, des rencontres d’affaires internationales dans différents secteurs (Cf: Notre Programme).
  • Nous espérons que vous trouviez ici tout ce que vous cherchez. Le but de la CICP est de fournir un service de haute qualité pour satisfaire nos clients. Nous ferons tout notre possible pour être à la hauteur de vos attentes.

PRÉSENTATION DU FORUM ÉCONOMIQUE MULTI-SECTORIEL SUR L’AFRIQUE

les 11 et 12 avril 2018 et ses objectifs !

Cette manifestation MULTISECTORIEL s’inscrit dans une série d’événements économiques internationaux que la Chambre Internationale pour le Conseil et la Promotion des Entreprises [CICP] se propose d’organiser. L’Afrique regorge d’énormes richesses brutes énergétiques, matières premières, la faune et de la flore et même de ressources humaines. L’Afrique comptera bientôt 2 milliards de personnes en 2050.

Il s’agit d’encourager les entreprises à l’ouverture à l’international afin de rencontrer des partenaires dans différents secteurs afin de nouer des contacts d’échanges durables et obtenir une certaine valeur ajoutée.

L’objectif est de :

  • Favoriser la création des partenariats entre les responsables d’entreprises, rapprocher l’offre et la demande,
  • Faire connaître les offres de produits et services des entreprises et répertorier les demandes,
  • Promouvoir les entreprises participantes à cet événement,
  • Partager des expériences avec d’autres responsables d’entreprises, faciliter l’accès des entreprises à de nouveaux marchés émergents.

Il apparaît donc important aux responsables d’entreprises de prendre part à cette manifestation afin d’intégrer un important réseau d’affaires international.

Pays hôte : La République CENTRAFRICAINE !

Ce pays condense un peu les opportunités de la région dans différents secteurs.

Prendre part à cet événement est une aubaine !

La République centrafricaine, aussi appelée le ou la Centrafrique est un pays d’Afrique centrale. En sango, l’autre langue officielle avec le français, il se prononce « Ködörösêse tî Bêafrîka », et signifie littéralement : « La Terre au Cœur de l’Afrique ».

La République Centrafricaine (RCA) est un vaste pays de 623 000 km², sans accès à la mer, à la population peu nombreuse : 4,5 millions d’habitants, dont plus de 60% vivent en milieu rural.

En 2012, le revenu annuel par habitant était de 446 dollars. L’agriculture représente 50 % du PIB. La RCA est aussi un pays riche en ressources naturelles.

Situation de la République Centrafricaine dans le monde

La République Centrafricaine est entourée par le Cameroun à l’Ouest, le Tchad au Nord, le Soudan et le Soudan du Sud à l’Est, la République démocratique du Congo et la République du Congo au Sud.

Le pays est membre de l’Union Africaine, de la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale et de la Communauté des États Sahélo-sahariens.

RCA_Map
Agriculture et Exploitation Forestière

Agriculture et exploitation forestière

Les principales cultures sont le manioc (cassave), les bananes, le maïs, le café, le coton et le tabac.
Le potentiel des sols est estimé à 15 millions d’hectares.

Le Nord-Ouest et le Centre du pays représentent un bassin agricole important pour les cultures de coton et de canne à sucre. Toutefois, la faiblesse des infrastructures et du soutien à la production, qui reste majoritairement extensive, limite très fortement les rendements, très inférieurs à ceux des pays voisins. L’enclavement du pays demeure un handicap important.

En 2009, l’élevage s’appuyait sur un cheptel d’environ 15 millions de têtes.

L’exploitation forestière contribue largement au PIB, avec d’importantes ressources en bois tropicaux. La forêt centrafricaine couvre une superficie de 3,8 millions d’hectares. Dès le début de la colonisation, on a exploité l’hévéa pour son latex. Aujourd’hui les essences sont plus diversifiées. Les moins nobles sont transformées localement par une petite industrie de contreplaqués, tandis que les plus précieuses sont exportées sans transformation sous forme de grumes.

Agriculture et Exploitation Forestière

Ressources naturelles

Il existe en République centrafricaine des ressources minérales inventoriées dans des formations géologiques données, dont l’exploitation et ou la transformation devrait contribuer au développement économique et social du pays.

C’est à partir de 1920 que des prospections minières ont été véritablement entreprises, notamment par la Compagnie Équatoriale des Mines (CEM) dans le Centre et l’Est du pays. À cette époque, seuls l’or, le diamant, l’argile, la latérite, le quartzite et le granite ont fait l’objet d’exploitation artisanale et semi industrielle, tandis que les autres substances minérales demeurèrent à l’état d’indice.

La République centrafricaine n’en possède pas moins un potentiel minier très important. En mars 1995, un recensement a été effectué dans le cadre du Plan Minier National avec le concours de la Banque Mondiale qui a identifié et localisé de manière précise pas moins de 470 indices minéraux de tous les sites confondus, constitués de substances énergétiques, non métalliques, de métaux non ferreux, de diamant et or.

• Artisanat minier et exploitation de l’Or et du Diamant

Aujourd’hui, en dépit de ces formidables capacités minières et des gisements connus, seuls le diamant et l’or sont exploités d’une manière artisanale.

Cette dimension artisanale, très peu mécanisée, n’empêchait pas une production annuelle de diamants de l’ordre de 500 000 carats bruts ! Avant 2013, la République Centrafricaine occupait le 10ème rang mondial par le volume et la qualité de ses pierres la classait à la 5ème place mondiale. En effet, 75 à 80% des pierres diamantifères centrafricaines sont exploités dans la joaillerie.

Les acteurs de ce secteur d’activités, coopératives d’artisans miniers, artisans miniers, recherchent activement des partenaires financiers et techniques pour pouvoir développer leurs activités.

Carbonado

Le pays possède également d’autres matières premières considérées comme stratégiques tel l’uranium, le pétrole ainsi que d’autres éléments comme le fer, le calcaire, le cuivre …

• Uranium

Dans les années 1960, un gisement de bauxite avait été découvert à Bakouma. La Centrafrique posséderait environ 20 000 tonnes de réserves d’Uranium.

• Pétrole

Les premiers forages pétroliers sont réalisés dans le courant des années 1970 par une compagnie pétrolière américaine dénommée CONOCO.
Un milliard de barils de pétrole seraient présents dans le pays, principalement au nord, près de la frontière avec le Tchad, certains experts parlant jusqu’à 5 milliards de barils.
Quatre sites pétroliers prometteurs sont identifiés, soit Bagara, Doseo, Salamat et Doba/Bango.

Tourisme

Le tourisme reste encore anecdotique, autant du fait de la faiblesse des infrastructures d’accueil et de transport que de l’insécurité qui règne dans le pays.

Toutefois, la République centrafricaine possède de nombreux atouts qui pourraient en faire un grand pays géotouristique.
La République centrafricaine se situe dans l’hémisphère Nord à une centaine de kilomètres de la ligne équatoriale.

Son climat et sa végétation sont variés. Ils comprennent :

  • une zone forestière dense et très humide de type équatorial située au Sud du pays,
  • une zone de savane correspondant à un climat inter-tropical chaud,
  • une zone de savane faiblement boisée au Nord le long des frontières tchadienne et soudanaise,
  • quelques zones d’altitude, voir montagneuse, dans le Nord-Est, non loin des frontières soudanaise et sud-soudanaise, qui s’élèvent jusqu’à 1 200 m, au climat nettement plus frais où la température, sans atteindre 0°, peut s’en approcher suivant la saison et l’heure.

La faune et la flore sont parmi les plus riches au monde. La Centrafrique est connue pour la grande beauté de ses papillons, spéciques au pays.
Tous ces atouts seraient en mesure de faire du tourisme un secteur porteur, générateur de devises étrangères notamment.

Certains préalables sont impératifs à cet essor :

  • la réalisation d’infrastructures touristiques accueillantes,
  • la mise en place et l’entretien d’infrastructures de transport fiables,
  • la sécurisation du pays, des routes et des sites touristiques,
  • la formation d’une main-d’œuvre qualifiée pour l’hôtellerie et l’activité touristique.

Industrie

Le tissu industriel, qui n’a jamais été très développé par rapport aux pays voisins comme le Cameroun par exemple, et est aujourd’hui quasiment inexistant. Quelques industries développées dans les années 1970 (manufactures de tissus, de chaussures …) ont disparu. Il subsiste une production locale de bière et de transformation d’aluminium. Le secteur privé emploie environ 11 000 salariés.
Les services publics (eau, électricité, téléphone filaire…), monopoles d’État, sont dans des situations financières difficiles, et les équipements, faute de maintenance et d’investissement, sont pour la plupart vétustes, entraînant des ruptures de service très fréquentes. Le poids important de la dette dans le budget national, et la faiblesse du niveau des ressources propres, rendent la gestion de l’État difficile (non-paiement de salaires des fonctionnaires, grèves et mouvements sociaux) et contribuent à la fragilité des institutions politiques.
Un cadre législatif à améliorer, l’absence d’infrastructures de transport et forte corruption, caractérisent l’économie de la République centrafricaine, qui fait également partie d’institutions visant à l’intégration sous régionale ou régionale comme la CEMAC.

transport

Transport

Les infrastructures routières dans les provinces en République centrafricaine sont restées très difficiles car l’état des routes est trop dégradé et reste archaïque sans mesure de sécurité routière adéquate pour les passagers. Qui plus est, suivant les conditions climatiques, l’usage de ces routes peut être impratiquable pendant plusieurs jours, voir plusieurs semaines. Il y a souvent l’image de cette grappe humaine, d’hommes, femmes, et enfants et nourrissons agrippés en équilibre précaire au sommet des véhicules de transport de marchandises, victimes de nombreux accidents aux conséquences dramatiques.
Plusieurs opportunités sont à saisir dans ce secteur.

Transport

De nombreuses opportunités dans le transport urbain et  interurbain existent aussi dans le pays et même dans la région.
La RCA disposait il y a quarante ans d’une société de transport centrafricain appelée SOTRECA. Compte tenu de l’étroitesse de sa flotte, elle n’a pas pu satisfaire les besoins de la population en matière de transport. Dix ans plus tard, la Compagnie nationale de transport (CNTR) a succédé à la SOTRECA, mais avec une durée de vie éphémère.
Pendant trente années, la RCA ne dispose pas d’une entreprise de transport urbain de personnes digne de ce nom. Pour combler ce vide et face à la situation qui devenait de plus en plus alarmante, l’État a créé en 2010 la SONATU ; une société d’État avec un capital social de 480 millions de francs CFA, une flotte de cent autobus qui assure un transport urbain (en commençant par Bangui et ses environs) et interurbain. C’est la société indienne Jaguar qui a doté la SONATU de ces autobus de fabrication indienne. La demande de nos jours s’est accentuée !

PROGRAMME

 

Thème : Les Opportunités d’Investissement et d’Affaires en Centrafrique

Sous-thème : « Comment créer des partenariats techniques, industriels, financiers ou stratégiques avec des investisseurs ou des entreprises étrangères »

Mercredi 11 avril 2018

8h00 – 9h00

Accueil, enregistrement et installation

9h00 – 9h50

Mot de bienvenue du Président du Comité d’Organisation

9h50 – 10h00

Interlude

10h00 – 12h00

Atelier « Développement du commerce de l’import-export »

12h00 – 14h00

Pause – Déjeuner d’affaires

14h00 – 16h00

Atelier « Réflexion sur le développement du secteur agricole et le secteur de l’agro-alimentaire »

16h00 – 16h45

Pause – Café

16h45 – 18h45

B to B

Jeudi 12 avril 2018

8h00

Accueil des participants

8h30 – 10h00

Atelier « Le financement de l’investissement et du secteur privé »

10h00 – 10h30

Pause – Café

10h00 – 12h00

B to B

12h30 – 14h00

Pause – Déjeuner d’affaires

14h00 – 16h00

Atelier « Les pistes pour le développement d’une énergie durable »

16h00 – 16h45

Pause – Café

16h45 – 18h00

Atelier « Développement de l’Artisanat Minier »

20h00 – 22h00

Dîner de Gala de Clôture,
Cérémonie de récompense et clôture des travaux.

NB : l’exposition se déroule en continue tous les jours de 8h00 à 18h00. Les rencontres B to B se dérouleront selon les plages proposées.
* A confirmer

NOS PARTENAIRES ET SPONSORS

Sponsor Argent

Partenaire institutionel

U.N.O.C. Patronat Congolais

Partenaires média

Web

Télévision

Presse

CHEFS DE DÉLÉGATION

NIGERIA

Monsieur Gildas GNONHOUE
Tél : +229 97197570
E-mail : tounhoue@gmail.com

BURKINA FASO

Monsieur Hermann NAGALO
Tél : +226 25461450+226 67830333
E-mail : nagaloh@burkinapmepmi.com

COTE D’IVOIRE

Monsieur Albert LAKO
Tél : +225 22 41 04 68
E-mail : consultingakl1@gmail.com

INFOS

CICP
La Chambre Internationale pour le Conseil et la Promotion des entreprises
66, Av. des Champs Élysées 75008 Paris
www.cicpgroup.com
Tél +33 6 66 20 94 63 ou +33 7 51 97 21 37 – Fax +33 1 44 95 14 14
E-Mail : dom.zanga@cicpgroup.comassociation.cicp@hotmail.fr